2017 Lettre ouverte

des membres de la Rencontre internationale à ESSEN (Allemagne)
Le 4 JUIN 2017
Délégués des « prêtres-ouvriers » et frères et sœurs ouvriers(ères) catholiques et protestants
des Pays-Bas, de la Suisse, d’Allemagne, de France, de Belgique, d’Angleterre, d’Italie, d’Espagne et Catalogne.

Qui, volontairement choisissent de se rassembler en Angleterre en 2018.

*******************************

A la suite des multiples interpellations du pape François
à « écouter le cri de la terre et celui des désespérés »,
Au nom de notre Foi partagée en Jésus-Christ libérateur, mort et ressuscité pour le salut
de l’humanité toute entière,
nous voulons associer nos actes et nos paroles
à ceux de toutes ces femmes et hommes de bonne volonté, militantes et militants,
qui choisissent, aujourd’hui, les voies de la vérité, de la solidarité,
du partage et de la justice…
Chemins de Paix, chemins d’amour universels !

Ensemble, comment faire face et agir devant la précarité croissante chez un grand nombre de citoyens européens ?”

Ensemble, affronter les défis de la précarité !

* Nombre d’entre nous subissons de près ou de loin cette situation sous bien des formes :
– Salaires trop bas pour vivre décemment
– Contrats de travail limités à temps partiel ou à durée déterminée
– Impossibilité d’obtenir un titre de séjour pour les réfugiés
– Crainte de la perte d’emploi – du chômage…
– Pour les plus âgés, de vivre l’incapacité de se maintenir dans l’emploi jusqu’au terme de leur parcours professionnel
– Pour tous ceux et celles qui prennent soin des autres : parents, proches – vieillissant – handicapés, et qui subissent ainsi le poids d’une grande responsabilité
– Le risque de la maladie

* Ces insécurités génèrent de multiples peurs, celles particulièrement des violences meurtrières dans le monde entier, dont une vraie résolution se trouve dans un projet politique ambitieux…

En acceptant de lutter pour des solutions politiques réalistes, il nous semble nécessaire de travailler – à élucider les attitudes utiles pour vivre au cœur de ces incertitudes sans peur,
– à dépasser la honte pour gagner le pari de partager les difficultés avec d’autres,
– à sortir de l’isolement pour se soutenir solidairement…

* Beaucoup, et principalement parmi les jeunes générations, se sentent tellement délaissés, exclus, soit du monde du travail, soit de la vie sociale et économique… (cf. “La joie de l’Évangile“ N° 53), qui n’attendent plus rien de la société et rejettent toute forme de participation à la vie démocratique et sociale. Rendus incapables, de par leur marginalité, d’influencer activement les décisions politiques, ils n’ont plus guère de représentations dans bien des instances de décisions.

* Parce qu’ils se perçoivent comme abandonnés par la société, ils choisissent de ne plus voter, ou bien, par protestation, d’orienter leur vote vers une politique souverainiste qui surfe et nourrit les peurs de toutes les populations…

Interrogations à l’Europe

– L’Europe a-t-elle oublié son passé historique, les guerres meurtrières qui ont ensanglanté un grand nombre de nations européennes, et qui sont à l’origine de la volonté de constituer l’union européenne ?
– La succession de traités, non validés par l’ensemble des peuples des différentes nations, n’a-t-elle pas trahi cette idée généreuse d’une fraternité et d’un juste échange entre tous les peuples des pays d’Europe ?

– Les pays européens oublient-ils, de la même façon, devant l’afflux de migrations climatiques et celles liées aux guerres civiles ou fratricides, le fait que ce sont ces mêmes populations qu’ils ont exploitées et opprimées pendant l’ère colonialiste ?… D’autre part, ne sont-ils pas, pour la plupart, signataires de la convention de Genève concernant le droit d’asile ?…
– Ce manque de considération, cette forme de mépris se perpétue encore de nos jours, aussi bien au niveau économique, pour les plus humbles de la société, comme au niveau de toutes ces populations de migrants venues en masse pour chercher refuge et sécurité.

Cette situation, que nous souffrons aujourd’hui, nous allons devoir la souffrir davantage dans les générations à venir, si nous ne sommes pas capables d’inaugurer des politiques nouvelles où la justice prime sur le profit…

Nous en appelons d’urgence :

– A une Europe aux frontières ouvertes :

* Une Europe accueillante à tous ceux et celles fuyant des guerres et leur lot de maux conséquents.
* Une Europe des droits de l’homme, dont le droit fondamental d’asile !
* Une Europe qui se refuse de criminaliser les migrants et de pratiquer une reconduite immédiate à la frontière sans aucune décision de justice… et en région de guerre
* Une Europe qui se refuse d’être actrice de l’indifférence générale et se rend coupable de crime contre l’humanité en externalisant hors de ses frontières l’accueil des migrants et des demandeurs d’asile…

– A une politique économique européenne

* qui cesse d’être la cause des souffrances des populations d’Europe… en les confrontant « aux ruines industrielles et aux abandons de moyens de productions », à la destruction croissante de l’environnement, à la libre concurrence entre nations et entre travailleurs… * qui refuse « les traités de partenariats » souvent la cause de l’exploitation de populations africaines,
* qui respecte les droits de tous les travailleurs et favorise des conditions de travail décentes.

PARCE QUE NOUS SOUHAITONS

Une Europe vivante : démocratique au niveau politique – économiquement juste – solidaire au niveau social – pluraliste au niveau culturel – régionalement diversifiée – écologique et respectueuse de l’environnement – œcuménique et interreligieuse… /…

PARCE QUE NOUS ESPÉRONS

qu’un ÉLAN DE GÉNÉROSITÉ ET DE GRATUITÉ SE RÉVEILLE DANS NOS PAYS
pour qu’une véritable solidarité Européenne advienne ! …
offrant le primat à l’humain !
et valorisant sans cesse la rencontre et un dialogue fraternelle entre tous !

« Voilà que le règne de Dieu est au milieu de vous. » Evangile selon St Luc, chapitre 17, 20-25